Aujourd’hui, alors que le changement climatique est une réalité validée par tous ( cf rapport GIEC ), qu’il est devenu une réalité quotidienne pour nombre d’habitants de la planète, et alors que de nombreuses notions de  développement durable sont incluses dans les programmes scolaires, trop peu de choses sont prévues pour nous rendre plus conscient des bons gestes à avoir en matière de vie numérique afin de diminuer son empreinte écologique.

Une étude datant de juillet 2014, a démontré que surfer sur le web fait consommer beaucoup d’énergie, pas seulement à cause des centres de données mais principalement du fait de la conception des sites web et des habitudes des internautes.

La consommation mondiale d’énergie nécessaire à notre consommation internet  était en 2012  l’équivalent de la production de 40 centrales nucléaires . C’est en outre un problème qui devrait devenir plus présent à mesure que la masse de données produites augmente.

Au royaume uni, 16% de la consommation électrique annuelle est dédiée pour le fonctionnement d’internet. Autant dire que les ingénieurs ont du boulot en matière de recherche dans ce domaine . Vous pouvez ici vérifier  la consommation de votre site web webenergyarchive et retrouver les sites les plus énergivores sur le web en temps réel.

Je ne suis pas chercheuse, je ne dispose pas des capacités nécessaires pour pouvoir développer ce genre de logiciels, j’utilise donc ce qui existe : wordpress & prestashop . Ces logiciels répondent bien à la contrainte de temps à laquelle nous sommes souvent soumis pour créer un site, pour autant cette contrainte de temps même si elle est importante ne doit pas en faire oublier l’essentiel . Les ressources utilisées si elles sont virtuelles ne sont pas illimitées, elles sont fortement liées aux ressources de la planète . WordPress et prestashop ne sont pas  des services idéaux, j’en ai conscience … La naissance de ce nouveau site est un point de démarrage à mon engagement à fournir un maximum d’efforts pour rendre ce site et les sites clients plus respectueux des ressources de la planète .

En attendant d’avoir les logiciels qui permettront de créer des sites ergonomiques moins gourmands en ressources et donc en énergie, il y a possibilité d’avoir une démarche réfléchie et d’adopter de bons réflexes .

Quel message voulons nous faire passer sur le site ? Quels supports voulons nous mettre en ligne, images, vidéos ? Lesquels sont indispensables, lesquels ne le sont pas ? Pour les supports  à mettre en ligne , l’important est de les travailler avant mise en ligne, afin de ne pas solliciter les serveurs à plusieurs reprises . Le travail a effectuer sera de diminuer leurs tailles, leurs poids , afin d’accélérer le temps de chargement de la page qui plus il sera rapide moins il demandera d’énergie .

En tant qu’internaute vous pouvez toutefois limiter la consommation énergétique du web en quelques gestes simples :

  • éteindre les appareils reliés à Internet lorsqu’ils ne sont pas utilisés (la nuit notamment) ;
  • réduire l’usage des clouds qui permettent de stocker en ligne des photos, des vidéos… ;
  • nettoyer régulièrement vos boîtes mail pour éviter de conserver des archives trop importantes ;
  • ne pas regarder la télévision via des sites web.

En privilégiant les sites écologiques et en suivant ces gestes simples, les utilisateurs pourraient ainsi réduire leur consommation énergétique.